Maradona. Les buts que l’Angleterre n’a jamais gobés !

Le 22 juin 1986, Diego Maradona rentre dans l’histoire. Ses deux buts mythiques qu’il marque contre l’Angleterre en quarts de finale du Mondial-1986 le propulsent au sommet de la gloire. L’inoubliable controversée « main de Dieu » puis le « plus beau but du XXe siècle » font partie des chefs-d’œuvre du numéro 10 argentin que l’Angleterre aura du mal à oublier.

 

 

Décédé d’une crise cardiaque le 25 novembre 2020 à l’âge de 60 ans, le dribleur magique connu pour sa formule fracassante et son patriotisme anti-impérialiste a vu sa vie changer après le fameux quart de finale de Coupe du monde entre l’Argentine et l’Angleterre, le 22 juin 1986. Ce jour-là à Mexico, 90 minutes auront suffi à dévoiler toutes les facettes de la légende Maradona.

 

 

L’Albiceleste avait rendez-vous avec un adversaire plutôt coriace : l’Angleterre qui, quatre ans plus tôt, avait humilié militairement l’Argentine lors de la guerre des Malouines.

Dans son livre « Mi Mundial, mi verdad » (Mon mondial, ma vérité), le joueur argentin explique être en mission lors de ce match. Il confie qu’il veut « rendre honneur à la mémoire des morts », en référence aux soldats morts au combat sur le petit archipel de l’Atlantique Sud. Plutôt fairplay, « les Anglais se sont comportés en gentlemen avec nous. Y compris après la victoire, ils sont venus dans le vestiaire pour nous saluer et échanger les maillots », raconte l’ancien numéro 10 argentin.

 

« J’ai un peu marqué ce but avec la main de Dieu »

 

 

 

 

Pour ce qui est du célèbre but taxé…de la main, Maradona déclare fièrement après la rencontre : « ce but, je l’ai marqué un peu avec la tête et un peu avec la main de Dieu ».

Tout le monde se rappelle encore de cette 51e minute, où Maradona et Jorge Valdano tentent un une-deux ; et où le ballon contré par un défenseur anglais prend de la hauteur. À la réception dans la surface de réparation, Diego Maradona est à la lutte avec le gardien de but anglais, Peter Shilton. « C’est venu tout seul, comme sur les terrains de quartier, explique-t-il. Je mesure 1,66 m et Shilton 1,85 m, je n’avais aucune chance. Alors, j’ai sauté comme une grenouille et j’ai fait ‘tac’ avec le poing gauche », se rappelle « El Pibe de Oro » (Le gamin en or) dans son autobiographie.

 

Le plus beau but de l’histoire

 

 

 

 

Quatre minutes plus tard, c’est la surprise générale. Maradona donne une nouvelle gicle à ses adversaires et signe un chef-d’œuvre mémorable, élu plus beau but de l’histoire de la Coupe du monde puis « but du siècle » lors d’un sondage organisé par la Fifa en 2002.

Le footballeur dominant du pied gauche, parti du milieu du terrain, efface les Anglais Peter Beardsley, Peter Reid, Terry Butcher à deux reprises, Fenwick et Shilton, avant de glisser, du gauche, le ballon dans le but vide.

L’ancien avant-centre d’Everton et de l’Angleterre Gary Lineker déclarera plus tard que « C’est le seul moment de ma carrière où j’ai eu envie de célébrer le but d’un adversaire ».

Maradona était justement « plus idolâtré en Écosse qu’ailleurs pour ce but », que les Anglais ont mis des années à digérer.

 

LIRE AUSSI :

Maradona s’en va. Adios Diego

laissez un commentaire