« A Girl in a Blue Shirt » : Premier roman israélien traduit en arabe au Maroc

 

« En tant que juif marocain, j’ai le sentiment d’avoir réalisé un vieux rêve : Que mes œuvres soient lues dans ma ville natale c’est assurément une source de grande fierté. Et l’expression d’une nostalgie pour un passé où coexistaient juifs et musulmans ».

Par JERUSALEM POST STAFF Le 19 JANVIER 2021 à 12:01

 

Le roman israélien écrit par le professeur Gabriel Bensimhon est  devenu le premier ouvrage en hébreu à être traduit en arabe au Maroc ce mois-ci. Un exploit remarquable puisqu’il sera en plus en vente dans les librairies marocaines prochainement.   « A Girl in a Blue Shirt » ou La Fille à la Chemise bleue, publié en 2013 aux éditions Yediot Books, raconte l’histoire d’amour entre un garçon immigré du Maroc et une fille née en Israël, amoureuse d’un survivant de l’Holocauste. Et ce, dans le contexte des premières années de l’Etat d’Israël et de la grande Alyah depuis le Maroc.

Né au Maroc, Bensimhon raconte qu’il avait grandi à Sefrou  jusqu’au jour où il avait immigré en Israel à l’âge de 10 ans.  « En tant qu’universitaire, j’ai fait des études approfondies sur la culture marocaine que je porte toujours dans mon cœur pour sa richesse et sa diversité ». Et l’auteur de poursuivre : «En tant que juif marocain, j’ai le sentiment d’avoir réalisé un rêve: le fait que mes œuvres soient lues dans ma ville natale est une source de grande fierté ».

Le romancier et universitaire a également souligné que sa pièce théâtrale Un Roi Marocain – produite au Théâtre national Habima à tel Aviv et lauréate du prix Lieber discerné à la pièce classique juive de l’Université de Tel Aviv – devrait être présentée au Théâtre national Mohammed V de Rabat.

« J’espère que dans la foulée des accords de paix, d’autres romans et ouvrages publiés par des auteurs israéliens seront traduits en arabe marocain. », a-t-il dit.

Le roman a été choisi pour sa traduction par le professeur Mohamed Elmedlaoui de l’Université Mohammed V de Rabat. Ce dernier suit et étudie les œuvres théâtrales et littéraires de Bensimhon. D’ailleurs le roman en question a été traduit par son étudiant le Dr. Ayashi Eladraoui.

«Nous avons constaté dernièrement un intérêt croissant porté par le monde arabe pour Israël et sa culture, en particulier pour les juifs des pays arabes. Nous l’avons vu en Égypte et dans d’autres pays du Moyen-Orient», a déclaré le professeur Eyal Zisser, recteur adjoint de l’Université de Tel Aviv et spécialiste des affaires du Moyen-Orient.

« Les vagues d’immigration vers Israel des communautés juives vivant dans des pays arabes depuis plus de mille ans ont occasionné d’importants dégâts économiques », précise Zisser avant de poursuivre : « Il n’est donc pas surprenant de constater, dans la foulée des accords de normalisation, l’expression d’une nostalgie pour un passé où juifs et musulmans vivaient ensemble« . « A cet égard, la traduction du livre du professeur Bensimhon en arabe marocain constitue une nouvelle étape dans le processus d’un rapprochement renouvelé « , conclut Eyal Zisser.

laissez un commentaire