Le patrimoine juif culturel marocain célébré à Berlin

Une rencontre culturelle sur le thème du Patrimoine Culturel Juif Marocain a été organisée à Berlin les 11 et 12 février 2014 par Omar Zniber, ambassadeur de Sa majesté Mohammed VI, en partenariat avec le Musée dʼArt Islamique à Berlin et le Ministère des Affaires Etrangères dʼAllemagne.

Serge Berdugo lors de son déplacement à Berlin

Serge Berdugo lors de son déplacement à Berlin


Cet événement festif s’est déroulé en présence du Président du Bundestag, Norbert Lammert ainsi que plusieurs personnalités de la Communauté Juive berlinoise, de diplomates et de représentants du dialogue interreligieux. Pour le Maroc, étaient présents André Azoulay, Conseiller de sa Majesté le Roi, Mohammed Amine Sbihi, Ministre de la Culture, Serge Berdugo, AmbassadeurItinérantdeS.MleRoiMohammedVI et Président du Conseil des Communautés Juives du Maroc ainsi que Jacques Tolédano, Président exécutif de la Fondation du Patrimoine Juif Marocain et du Musée Juif de Casablanca. Au programme de cette manifestation à laquelle étaient conviés plusieurs artistes juifs marocains : une exposition de photos de Gabriel Soussan, un magnifique défilé de caftans de la collection du styliste Albert Oiknine ainsi que d’autres expositions portant sur la réhabilitation des synagogues de Fès ayant pour but de familiariser le public avec une partie de ce patrimoine. Une conférence de presse sur l’exception marocaine et la portée du patrimoine juif a été organisée le 13 février suivie d’un diner de Gala qui fut  l’occasion d’échanges de mots et d’émotions pour les intervenants. Norbert Lammert qui a participé il y a un an à la cérémonie d’inauguration de la Synagogue « Slat El Fassyine » a ainsi rappelé l’intérêt porté au judaïsme marocain et s’est félicité des bonnes relations entre le Maroc et l’Allemagne en insistant sur les nouvelles dimensions qu’elles ont prises avec le temps. Il n’a pas manqué non plus de noter cette fierté avec laquelle le peuple marocain évoque son histoire d’ouverture aux autres religions, particulièrement le Judaïsme. Pour sa part, André Azoulay a rappelé que la voie tracée par le Roi Mohammed VI est un chemin tracé pour les générations futures, celui de la modernité et de l’universalité que le Maroc d’aujourd’hui transmet au monde. De son côté, Mohammed Sbihi a dit sa conviction que le Maroc s’est engagé de manière irréversible sur la voie de la construction d’un Etat démocratique et rappelé les progrès enregistrés grâce aux choix faits sous l’impulsion de S.M Le Roi Mohammed VI et consacrés par la Constitution de Juillet 2011. Il a aussi rappelé le poids du conflit israélo-arabe et son impact sur les migrations des juifs marocains tout en insistant sur le fait que cela ne les a pas privés du soutien dont ils ont toujours bénéficié. Serge Berdugo a quant à lui, brossé un tableau historique de la présence juive au Maroc depuis les temps les plus lointains, ses ancrages géographiques et culturels et a insisté tant sur les aspects organisationnels et culturels de la communauté juive au Maroc que des liens indéfectibles qui lient  la grande diaspora juive marocaine à la terre natale. Il a rappelé la reconnaissance éternelle que le Judaïsme Marocain nourrit pour Feu Mohammed V, l’engagement de Feu Hassan II dans le dialogue pour la paix au Moyen Orient et a souligné la Sollicitude dont S.M le Roi Mohammed VI continue d’entourer les Juifs Marocains. Il a aussi rappelé l’importance capitale qu’avait eu pour le Judaïsme marocain, la Constitution de 2011 et notamment son Préambule avant d’évoquer l’extraordinaire opération de réhabilitation de 167 cimetières juifs marocains à l’initiative et sous le patronage de sa Majesté le Roi Mohammed VI. Pour sa part, Jacques Tolédano, Président exécutif de la Fondation du Judaïsme marocain a présenté les réalisations et les projets de la Fondation et a rappelé la restauration de Slat El Fassyine à Fès. Il a annoncé par la même occasion la prochaine restauration de Slat Attia à Essaouira pour laquelle le Gouvernement allemand avait déjà fait savoir qu’il accompagnerait cette restauration en y apportant notamment une part des financements. C’est dans ce climat harmonieux et serein que s’est conclue cette table-ronde où des dimensions importantes de l’exception marocaine ont été déclinées. C’est au cours du diner de gala que Serge Berdugo a exprimé ses sentiments vis-à-vis de la paix et de la symbolique de Berlin « une ville de culture au patrimoine historique immense,… un véritable symbole de réconciliations et de promesses d’avenir, une ville qui s’est réconciliée avec les Juifs et qui leur refait place aujourd’hui et qui a transformé les blessures d’un passé douloureux en rayonnement culturel»

Lire aussi .

. LA CEDEAO INVITÉE D’HONNEUR AU SIEL DE CASABLANCA

laissez un commentaire