KAN YA MAKAN Les nuits d’or de Dar Al Beïda La musique judéo-maro caine des années 50 et 60 à l’honneur

Après Tétouan et les nuits andalouses, c’est au tour du Casablanca des années 50-60 d’être sous le feu des projecteurs. Le groupe « Les Amateurs de Musiques Classiques », qui a pour objectif de promouvoir les musiques classiques anciennes marocaines kan ya makanet de faciliter leur accès au public d’aujourd’hui, organise une nouvelle soirée exceptionnelle le 27 février, au théâtre du studio des arts vivants, sur les nuits d’or de Dar Beïda. Ce nouveau concert intitulé « Kan ya makane » et animé par Sanaâ Marahati et Taha Ilias, vise avant tout à faire redécouvrir aux mélomanes et aux nostalgiques du Casablanca des années 50 et 60, le meilleur du répertoire judéo-marocain et chaâbi de cette époque. Au programme, les chansons de Salim Hilali, Samy Al Maghribi, Houcine Slaoui, et Elmaâti Benkacem « ces chansons font partie de notre patrimoine juif marocain, au même titre que le patrimoine fassi ou amazigh ou celui de l3aita », nous confie Omar Chraibi, président des Amateurs des Musiques Classiques. Et pour couronner le tout, l’invité d’honneur n’est autre que le célèbre chanteur Michel Abitan connu pour son interprétation de la chanson Loukan kanou andi lmayinn « je voulais quelqu’un qui a vécu et qui a chanté pendant cette époque pour plonger le public dans l’ambiance
___________________________________________________________________
“ Nous voulons avant tout préserver le patrimoine musical marocain.”
_____________________________________________________________

des années 60», précise M. Chraibi. Pour le président des amateurs des musiques classique, la musique judéo-marocaine et judéo- andalouse est le témoin incontestable du génie artistique marocain et de la cohabitation millénaire entre Juifs et Musulmans dans notre pays. « Nous voulons préserver ce patrimoine inestimable, qui est en train de disparaître, pour léguer son message d’amour et de paix aux générations futures», explique M. Chraibi. La soirée sera ainsi animée par la superbe chorale Kinor David, présidée par Henry Halioua, qui fera vivre aux férus de la musique andalouse et du chaâbi, de grandes émotions par l’interprétation des plus belles chansons de cette époque si particulière. Grand amateur de Oud, de melhoun et des chansons à textes, M. Chraibi, compte organiser, dans le cadre de son programme d’animation culturel pour la saison 2013-2014, des soirées de aita, d’amazigh et de tarab.

Lire aussi .

. Morad Zaoui « C’est le cinéma qui m’a choisi »,
. LA CEDEAO INVITÉE D’HONNEUR AU SIEL DE CASABLANCA

laissez un commentaire