Discours Royal : Halte à la mauvaise gouvernance!

Le Roi Mohammed VI à l'ouverture de la session d'automne du parlement.

Le Roi Mohammed VI à l’ouverture de la session d’automne du parlement.

Parlement – En ouvrant, le 11 octobre, la première session de la troisième année législative de la 9e législature, le souverain a envoyé des messages clairs aux parlementaires, aux responsables et élus locaux, aux membres du gouvernement ainsi qu’aux citoyens.

Au lendemain de la nomination du nouveau gouvernement, le roi Mohammed VI a ouvert la session d’automne du parlement. Le souverain a prononcé à l’occasion, sur un ton ferme, un important discours porteur de messages phares visant l’efficacité et la bonne gouvernance.

« Le parlement s’érige désormais comme l’unique responsable de l’adoption des lois », a rappelé le souverain, précisant que le mandat parlementaire donne lieu à « une représentation de la nation ». C’est « une mission nationale majeure, et non une rente politique ». Les parlementaires doivent méditer ce message du roi Mohammed VI qui les a interpelés directement : « Vous devez mesurer l’ampleur de cette charge considérable qui exige dévouement et abnégation, ainsi qu’un patriotisme sincère et un sens élevé du devoir dans l’accomplissement de vos responsabilités ». Surtout que toutes les lois organiques devant compléter la nouvelle constitution devront être adoptées au cours de cette législature.

Pour mettre fin à la cacophonie à laquelle donnent lieux les affrontements, devenus habituels au parlement, le souverain a appelé à l’adoption du statut de l’opposition parlementaire. C’est ce qui devra lui permettre de « remplir son rôle de contrôle de l’action gouvernementale, de formulation d’une critique constructive et de présentation de propositions et d’alternatives réalistes, au service des intérêts supérieurs de la Nation ». Le souverain a beaucoup insisté sur le dialogue constructif et la coopération étroite et équilibrée entre le parlement et le gouvernement, dans le respect du principe de la séparation des pouvoirs. Là encore, le message est on en peut plus clair : « Il s’agit de garantir une pratique politique saine, fondée sur l’efficacité, la cohérence et la stabilité institutionnelle, et non de transformer l’enceinte du parlement en arène de lutte politicienne ».

Rappel à l’ordre des élus locaux

Le roi Mohammed VI a aussi interpelé les responsables communaux, locaux et régionaux. Loyauté, intégrité, sens des responsabilités, proximité et sens de l’écoute sont autant de valeurs mises en exergue par le souverain pour une bonne gestion des affaires locales. Sur ce registre, le souverain a cité Casablanca comme « l’un des modèles les plus faibles en matière de gestion territoriale ». Il a ainsi pointé du doigt le déficit de gouvernance dont souffre la capitale économique que dépassent en progrès des villes comme Rabat, Fès et Marrakech. Des villes qui, pourtant, n’ont pas les moyens de Casablanca. « Cette situation complexe nécessite d’urgence un diagnostic qui permette d’identifier les origines du mal et les moyens d’y remédier », a souligné le roi Mohammed VI. Pour résoudre ces problèmes de fonds dont pâtissent de nombreuses villes, grandes et moyennes, et bon nombre de centres ruraux, le souverain a attiré l’attention des partis politiques « sur la nécessité d’œuvrer pour l’émergence de compétences et d’élites régionales nouvelles ». Et d’ajouter : « Nous engageons également le gouvernement et le parlement à traduire dans les faits les dispositions relatives à la Région et aux autres collectivités territoriales, et à adopter les textes juridiques y afférents ». Le souverain a aussi appelé, à nouveau, le gouvernement à activer l’adoption de la charte de déconcentration administrative.

Mobilisation tous azimuts pour le Sahara

« Au lieu d’attendre les attaques de nos adversaires pour y riposter, il faut plutôt les acculer à la défensive, en prenant les devants, en anticipant les événements et en y répondant de manière positive ». C’est à cette démarche anticipatrice à laquelle a appelé le souverain en abordant la question du Sahara. Laquelle, a-t-il précisé, « n’est pas seulement la responsabilité du Roi, mais elle est également la cause de tous et de chacun : institutions de l’Etat, parlement, Conseils élus, et tous les acteurs politiques, syndicaux et économiques, les organisations de la société civile, les médias et l’ensemble des citoyens ». Le roi Mohammed VI a aussi appelé à « une forte mobilisation, une vigilance de tous les instants, et des initiatives efficaces, aux niveaux interne et externe, pour contrecarrer les ennemis de la nation où qu’ils se trouvent, et pour déjouer les stratagèmes illégitimes auxquels ils ont recours. »

Lire les autres articles du dossier dans L’Observateur du Maroc en kiosques jusqu’au 24 octobre 2013 

laissez un commentaire

Commentaires (5)
  1. kef el hadide

    Pauvre maroc qui veut faire échec à l’ O N U et dompter le peuple sahraoui il se trompe mohamed 06 tous les problémes ne viennent pas des sahraouis dont leur combat est noble et justes Mais le maroc du bakhchiche des pots de vin ne fait que retarder l’échéance et la défaite

    Répondre
    • Hakim ARIF

      Votre point de vue nous concerne, car vous êtes sans doute algérien et donc un frère. Nous pouvons débattre de nos problèmes ce n’est pas un tabou et au Maroc, nous avons assez de liberté pour le faire. Le Maroc a effectivement su, grâce à sa force, faire face à des lobbies très puissants qui ont tenté de le bloquer sur la question de ses provinces du Sud. Si vous avez suivi les développements, vous auriez sans doute su que c’est Mohammed VI qui a mis en échec ces tentatives. Juste une précision si vous le permettez, vous êtes le bienvenu dans notre forum, vous nus honorez de vos commentaires et je vous en remercie, seulement si vous voulez continuer, je vous prierais juste de respecter les institutions marocaines. La critique est la bienvenue, nous nous critiquons tellement nous-mêmes. Merci encore pour vos commentaires.

      Répondre
    • Lahcen

      Vos élucubrations n`élèvent pas le débat. Mais je me battrai jusqu`au bout pour que vous puissiez dire vôtre bêtise. Sincèrement, chapeau bas à la modération qui ne vous a pas censuré.

      Lahcen

      Répondre
  2. Benseddiq

    Entre le discours du Roi et la conference de presse du premier ministre
    Qui peut dire que le maroc n est pas chanceux dans le monde arabe ou
    Les syriens meurent sur terre et sur mer et ou les egyptiens regardent le sphynx
    Sans touristes ou les libyiens delirent avec leurs armes et les tunisiens se
    Dechirent entre barbus et liberaux
    Lah ouma laka lhamd ya allah

    Répondre
  3. Marat

    Ah ! Tiens ! Le roi fais un homme politique bien plus sage que les notre. La France devrait prendre exemple.

    Répondre