Dans les camps de Tindouf : Kerry Kennedy n’a rien vu, rien entendu

Protestation Polisario

Les opposants du polisario souhaitaient rencontrer Kerry Kennedy, en vain.

Comme nous l’avons annoncé sur ce même site, Kerry Kennedy, présidente de la Fondation RobertFitzgerald Kennedy (RFK Foundation) effectue, du 24 au 31 août 2012, une visite d’information dans les provinces du sud du Maroc et dans les camps du polisario à Tindouf en Algérie (Lire : Sahara marocain, Kennedy dort chez lesséparatistes)

Du côté marocain, Kerry Kennedy et la délégation qui l’accompagne ont pu rencontrer tous ceux et toutes celles qu’ils ont souhaité rencontrer, y compris des séparatistes. Mais, une fois arrivés dans les camps du polisario au Sud-ouest algérien, le 29 août, ces visiteurs n’ont vu que ce qu’ont bien voulu leur montrer les dirigeants du polisario. Ainsi, le secteur dit Rabouni, par exemple, n’a pas été visité. Pourtant, dans cette zone, nombreux étaient les opposants au chef du polisario qui s’étaient rassemblés, dès les premières heures de la matinée du 29 août, dans l’espoir de rencontrer Kerry Kennedy et ceux qui l’accompagnaient. Objectif annoncé : dénoncer les violations des droits de l’Homme que commet impunément la direction du polisario. Cependant, ayant peut-être eu peur pour sa vie puisqu’on lui aurait parlé du risque d’enlèvement qu’elle encourt sur place, Kerry Kennedy a été expéditive. Que pourrait-elle alors écrire dans le rapport de sa visite ? Qui vivra lira.

En attendant, on retiendra que la direction du polisario, elle-même, reconnaît indirectement que les camps de Tindouf sont devenus un prolongement de la zone d’activité des terroristes d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI).

M.Z