La CGEM veut la liberté

«Le Maroc connaît une situation difficile et une période de transition liée essentiellement à la crise économique que traversent les partenaires européens et marquée par une décélération du rythme de croissance». Les propos sont de la présidente du patronat marocain, Miriem Bensalah Chaqroun qui a rencontré le chef du gouvernement qui ne s’est pas contentée de dresser ce constat réaliste de la situation marocaine. Le patronat marocain a développé une vision et invité le gouvernement à prendre des mesures concrètes pour moderniser l’administration, améliorer le climat des affaires, rétablir la confiance et libérer l’initiative privée à travers notamment la réforme de la fiscalité et des textes réglementaires. Un mémorandum d’entente portant sur l’installation des bases d’une confiance mutuelle et une concertation régulière sur les dossiers économiques a été signé entre la CGEM et le gouvernement. Il porte sur l’emploi, la compétitivité, la formation professionnelle, la recherche et développement et la régionalisation. Voilà de quoi lancer un débat sérieux et faire oublier les sorties médiatiques tonitruantes de certains membres du gouvernement qui se sont occupé de tout sauf d’économie.