Printemps arabe, les occidentaux plus pessimistes

En 2011, en plein mouvement de ce qui est appelé le Printemps arabe, les leaders d’opinion occidentaux avaient vu une lueur d’espoir. APCO Insight, filiale de APCO Worldwide a suivi l’évolution de l’attitude de ces leaders d’opinion a  effectué un autre sondage en 2012. Les résultats sont plutôt ternes. En 2011, tous les sondés étaient optimistes, en 2012, le pessimisme a gagné 16% d’entre eux. Lors du premier sondage, 17% pensaient que les médias arabes seraient moins ouverts et libres, en 2012, ce pourcentage a doublé pour se situer à 31%. Les leaders d’opinion occidentaux ont entre temps suivi ce qui se passait dans le domaine de la liberté d’expression et ont constaté que les nouveaux gouvernements, apportés par le « printemps arabe » ont plus fait pour contenir les médias que pour leur ouvrir les portes de leur émancipation. Le constat a été déjà fait par les médias des pays concernés eux-mêmes, d’ailleurs. Sur le plan économique, le sondage a montré que les transformations qui ont eu lieu dans le monde arabe ne sont pas propices au développement de l’investissement direct étranger. 54% des leaders d’opinion sondés pensent que le « Printemps arabe » aura un impact négatif sur les IDE.